Déposez l’alcool, ça vous tue: étude

Si l’Australien moyen réduisait sa consommation d’alcool de 1L par an, la nation verrait des réductions significatives dans la mortalité de cancer de tête, de cou et de foie, une nouvelle analyse australienne suggère.

La consommation à long terme d’alcool a été reconnue pendant des années comme un facteur de risque de cancer.

Cependant, selon le Centre for Alcohol Policy Research (CAPR), la relation entre la mortalité par cancer et la consommation au niveau de la population a rarement été examinée.

L’analyse du centre – publiée conjointement avec la Fondation pour la recherche et l’éducation sur l’alcool (FARE) – a révélé que sur une période de 20 ans, une baisse de 1L de la consommation d’alcool par habitant était liée à une baisse de 11,6% des décès hommes, et une chute de 7,3% chez les femmes.

Il y avait aussi une réduction de 15% de la mortalité par cancer du foie chez les hommes.

Il n’y avait aucune association entre la consommation d’alcool par habitant et la mortalité par cancer du pancréas.

La consommation d’alcool au milieu des années 1970 était d’environ 12 litres d’alcool par habitant, mais elle a lentement diminué à environ 10 litres d’alcool en 2010, selon le rapport.

Le Dr Jason Jiang, chercheur principal à CAPR, a déclaré: «Cette étude a élargi notre compréhension du rôle de l’alcool dans les cancers du foie, du pancréas, de la tête et du cou en Australie et l’importance de prendre en compte la consommation d’alcool du pays. les niveaux.”

“Il ne fait aucun doute que les cancers liés à l’alcool seraient considérablement réduits si une plus grande partie de la population réduisait sa consommation d’alcool et suivait les directives nationales sur la consommation”, a déclaré Michael Thorn, directeur général de FARE.

“L’étude expose la nécessité d’améliorer les campagnes d’éducation en santé publique, de meilleures politiques de santé publique sur l’alcool et de promouvoir davantage les lignes directrices pour réduire le nombre de maladies et de décès liés au cancer en Australie.”